[…you’re not just getting a bargain.] You are alo raping a plutocrat and, while I’ve never tried it, I bet it feels good.

Jeremy Clarkson top gear mag. march 2011 - p38

Pick me up

Today class we visit the PickUP - a cornerstore with a soul. Sitting on a small stretch of Waverly, just south of JN Talon, this real gem has been up and running for what I’m told 3 years. No it’s not about selling candies and cigarettes, it’s about serving up some of the best food in the area. But then again - it’s far from being about the food either - it’s about the soul of the place, the ambiance; the fact that everybody’s a “local” there. 

It sits in a semi-residential area of the Mile-EX, corner of Waverly & Mozart and sports a very authentic, old fashion look. Old brick, rusted metal work in the windows, old wooden picnic tables - all that’s missing is an old dog. I’ll give you - the two picnic tables or the 70’s style arborite on the counter might not seem that inviting for the the common dinks or yuppies - but to me, it’s paradise. It’s what I look for in a place; somewhere with a background - somewhere that you know, some 30 years ago, somebody was sipping coffee - probably smoking a cigarette - while reading a copy of MAD magazine on the very same stool, with the very same vinyl on it. 

From what I can make up; the staff is almost solely comprised of emerging artists; Think of it - kinda cool being served an excellent pulled-pork sandwhich by the next soon-to-be Arcade Fire. I hear Beaver, who worked the Pied de Cochon for a few years and who cooked my delicious burger last week, is a signer/guitarist; and so is Joseph. But aside from that emerging artist-camaraderie and entraide, the staff seems united by bonds stronger that those of a family. You really feel like they’re part of something good, something great. 

Now the food - well obviously you cannot expect a 3-Michelin star meal - or can you ? First time I brought a friend there, he had the grilled shark with roasted-garlic mashed potatoes; at 10$ it’s kind of an incredible deal. Though don’t expect that everyday, that was a menu-du-jour fantaisie; The usuals are Burger, pulled pork sandwhich, club sandwhich, salads just to name a few. It’s simple - but it’s fantastic. In those days it’s rare to find a tasty burger that’s made of real meat; not frozen substitutes. I tell you - this is some tasty sh*t. Their club sandwhich is also something - made up of grilled chicken breasts, and served with fresh veggies - and foremost - their magical chipotle mayo. Don’t forget they also serve breakfast - brunches actually, and wild one at that - all the week-end long. That’s actually my favorite b’fast spot (ok - mainly because they still serve b’fasts at 3PM)

If you like deserts - then also you’ll want to hit this place. The cookies, brownies (even the delicious nataj ?) are cooked locally - and if you’re lucky enough, you may catch some straight out the oven. They also usually sport a wide variety of cakes and pies… which will all make you say “10 mins more on the stepmaster tonite” (don’t worry for me though, I don’ train - nor do I feel bad about eating hypercalorific meals.)

Folks - I can’t press it enough how much this place is a real gem; I’ve been going there bi-weekly for the past month++, and still surprises me every time. Go there for the food, the coffee, the ambiance - and if you don’t mind eating between strangers (or between Chips Ahoy! and Tampax). By all means hit this joint!

Bring cash - depanneurlepickup.com

J’aimerais déjà te dire « Je t’aime » sans consonne ni voyelle. Les choses se feraient d’elles-même”

Ok je suis incroyablement cheesy. Tuez-moi.

Radio Carrement Canada

J’vous aime bien les gars - j’adore la vibe de Belmundo Regal, j’ai bien ri avec Cliche Hot - hell j’aimerais quasiment vous joindre dans le jaccuzzi avec la Sagouine en ecoutant du Kenny G non-stop; je pense meme que Kanye de Pirate avait raison en vous sacrant meilleur album hip-hop de l’annee.

Comme plusieurs, j’ai jamais eu la chance de vous voir en show - z’etes tout le temps sold-out ! Quelle ne fut pas ma joie quand un ami m’annonce que vous faites en show en banlieue de Montreal, et que c’est juste 20$ le gig. Je m’attendais a un bon show - p-e pas aussi desinvolte because on est avec les madames Brossard de Brossard dans la belle aberration mercantile du dix30; mais quand meme, ca aurait ete le fun d’avoir un peu de vrai, autre chose que votre cd qui joue, track apres track…. ok ok z’avez remixe Jaccuzzi jusqu’a ce que juste une personne la reconnaisse, mais c’est tout.

En plus vous etiez avec les gars de Karkwa…wtf z’auriez-du nous eclater les oreilles! Bon, c’est sur que quand la salle est pleine a 20% de capacite (restait 300++ billets a vendre, quelques minutes avant le show) c’est p-e pas motivant - encore moins quand ce 20% est peuple de gens qui doivent etres accompagnes par leurs parents… mais quand meme. On etait la pour vous entendre.

Mais bon - j’ai compris - vous n’etiez pas la pour les jeunes de 14 ans avec des broches, ni pour moi le gros imbecile qui est descendu vous voir, ni pour les 2-3 autres fans dans la salle, ni pour les barmaids que vous auriez pu vous ramener.

Vous etiez la pour les kodaks Super HD de radio-canada. Vous etiez la pour Rebecca Maccaeonoeeknrenenne… Ca va, c’est cool qu’on fasse la captation d’un show pour la radio/tele j’ai rien contre bien au contraire. Mais de la a faire le show pour les kodaks - jusqu’a en se foutre de la foule completement… wo… en plus; ca aurait ete le fun que les sound checks soient pas juste pour les micros de radio-canada mais bien pour la salle. Je me suis laisse dire que l’Etoile avait normalement une accoustique irreprochable - la c’etait une cacophonie desastreuse. Plus d’echo qu’au stade, meme Mononc’ Serge vous le dirait. Il vous dirait probablement aussi qu’on est tous des gros blaireaux. Go Serge.

OK peut-etre que Radio-Can paie plus que moi qui ait achete votre venyre. P-e qu’ils paient plus que quand vous donnez un “vrai” show a 30$/billet. Mais qui donne le cash a Radio-Can ? C’est nous, aussi. (bon, ok, indrectement vous aussi mais stp ne m’en tenez pas rigueur.)

J’vais suppose que vous avez ete force de faire le gig. Mais j’vais quand meme hold-off sur ma commande de votre  SUPREME FORFAIT SUPRÊME SPÉCIAL DE LUXE SUPER FANTASTIQUE EXCLUSIF 

PM - bien cargue dans ma chaise.

"C'est naturel pour nous de partager la poésie, tsé"

De la belle merde, emballée dans de la merde. Vive la débilité collective.

 

Si vous vous demandez pourquoi la vieille Moulerie sur Bernard est complètement vide par un beau samedi soir, regardez de l’autre côté de la rue. Bruyant, chaleureux mais surtout surpeuplé,  Les Enfants Terribles font depuis quelques années maintenant beaucoup de bruit dans mon petit Outremont tranquille. 
Le chef, dont j’ignore le nom (mais ça va … lui non plus ne connaît pas le miens), propose une courte carte un peu éparpillée où se côtoient pâté chinois et huîtres. Mon coup de coeur: les ribs. Incroyablement tendres et enrobées d’une épaisse sauce purpurine et fumée, elles se défont à simplement les regarder. En bonus, une bonne frite mais surtout une excellente coleslaw (je refuse d’employer le terme salade de choux; dans ce cas-ci c’est vraiment une bonne vieille coleslaw.)
Malheureusement je n’ai pas essayé leur tartare de boeuf qui me dit-on est merveilleux. On verra ça - jusqu’à présent mon trophée demeure à Marie-Fleur chez Tapeo. 
L’ambiance ?
ça grouille, c’est beau - mais comme précédemment mentionné c’est surtout surpeuplé. Sans blague - on est plus souvent qu’autrement assis plus près des inconnus de la table d’à côté que de sa propre conquête assise en face. ça a son côté drôle, on peut admirer les acrobaties des pauvres serveurs pour essayer de verser un vers d’eau ou alors tout simplement servir un client sans en accrocher 10. Les patrons, que l’on devine Français et faisandés, sont toujours au poste et demeurent aux aguets.
Le service ?
ça passe d’outrageusement lent (l’été, terrasse bondée) à bien correct pour un bistro. Le staff est élégant et poli, simplement inefficace. À voir la horde de bus boys qui y travaillent, on serait en droit à s.attendre à un service plus rapide - ou tout simplement à se demander s’ils sont tous des fils des proprios. ça courre partout mais ça va nul part.
Le bar ?
Vous êtes mieux de vous y faire parce que c’est probablement là que vous atterrirez si vous n’avez pas réservé. Confortable et bien géré - on y est beaucoup mieux servi qu’assis à une table - faut juste pas s’arrêter au super faux-accent français-outremontais de la barmaid. Bonus: ils servent la majorité de leurs bouteilles en divers formats, incluant une très pratique fillette de 500ml du vin de votre choix.
C’est bien, c’est bon… mais je n’arrive pas à m’empêcher de penser que c’est avant tout un endroit où les gens vont pour être vus. Les proprios ont vu juste, les gens abondent les mains pleines de pactol et en ressortent lavés mais ravis. 
Seul reproche: pourquoi vous appelez ça un bistro alors que vous n’avez même pas un permis d’alcool qui se tient ? Z’auriez mon commerce si c’était le cas… j’en ai un peu ma claque de payer une entrée 9$ que je ne mangerai pas juste pour profiter de votre Zinc (qui n’en est pas un) et prendre une bonne pinte. Mais bon, je me doute pas mal que vous vous en foutez de mon commerce. 
Aussi, de grâces, enlevez-moi donc 10 tables du plancher - histoire de permettre aux claustrophobes de vous donner leur argent aussi. 

Si vous vous demandez pourquoi la vieille Moulerie sur Bernard est complètement vide par un beau samedi soir, regardez de l’autre côté de la rue. Bruyant, chaleureux mais surtout surpeuplé,  Les Enfants Terribles font depuis quelques années maintenant beaucoup de bruit dans mon petit Outremont tranquille. 

Le chef, dont j’ignore le nom (mais ça va … lui non plus ne connaît pas le miens), propose une courte carte un peu éparpillée où se côtoient pâté chinois et huîtres. Mon coup de coeur: les ribs. Incroyablement tendres et enrobées d’une épaisse sauce purpurine et fumée, elles se défont à simplement les regarder. En bonus, une bonne frite mais surtout une excellente coleslaw (je refuse d’employer le terme salade de choux; dans ce cas-ci c’est vraiment une bonne vieille coleslaw.)

Malheureusement je n’ai pas essayé leur tartare de boeuf qui me dit-on est merveilleux. On verra ça - jusqu’à présent mon trophée demeure à Marie-Fleur chez Tapeo. 

L’ambiance ?

ça grouille, c’est beau - mais comme précédemment mentionné c’est surtout surpeuplé. Sans blague - on est plus souvent qu’autrement assis plus près des inconnus de la table d’à côté que de sa propre conquête assise en face. ça a son côté drôle, on peut admirer les acrobaties des pauvres serveurs pour essayer de verser un vers d’eau ou alors tout simplement servir un client sans en accrocher 10. Les patrons, que l’on devine Français et faisandés, sont toujours au poste et demeurent aux aguets.

Le service ?

ça passe d’outrageusement lent (l’été, terrasse bondée) à bien correct pour un bistro. Le staff est élégant et poli, simplement inefficace. À voir la horde de bus boys qui y travaillent, on serait en droit à s.attendre à un service plus rapide - ou tout simplement à se demander s’ils sont tous des fils des proprios. ça courre partout mais ça va nul part.

Le bar ?

Vous êtes mieux de vous y faire parce que c’est probablement là que vous atterrirez si vous n’avez pas réservé. Confortable et bien géré - on y est beaucoup mieux servi qu’assis à une table - faut juste pas s’arrêter au super faux-accent français-outremontais de la barmaid. Bonus: ils servent la majorité de leurs bouteilles en divers formats, incluant une très pratique fillette de 500ml du vin de votre choix.

C’est bien, c’est bon… mais je n’arrive pas à m’empêcher de penser que c’est avant tout un endroit où les gens vont pour être vus. Les proprios ont vu juste, les gens abondent les mains pleines de pactol et en ressortent lavés mais ravis. 

Seul reproche: pourquoi vous appelez ça un bistro alors que vous n’avez même pas un permis d’alcool qui se tient ? Z’auriez mon commerce si c’était le cas… j’en ai un peu ma claque de payer une entrée 9$ que je ne mangerai pas juste pour profiter de votre Zinc (qui n’en est pas un) et prendre une bonne pinte. Mais bon, je me doute pas mal que vous vous en foutez de mon commerce. 

Aussi, de grâces, enlevez-moi donc 10 tables du plancher - histoire de permettre aux claustrophobes de vous donner leur argent aussi. 

tumblrbot asked
WHERE WOULD YOU MOST LIKE TO VISIT ON YOUR PLANET?

Tokyo